accueil bretagneweb              bretagneweb

O

O.

carte postale chatelaudren carte postale chatelaudren carte postale chatelaudren carte postale chatelaudren carte postale chatelaudren

POUR POURSUIVRE LA VISITE DE CHÂTELAUDREN:
http://www.chatelaudren.reseaudescommunes.fr

bluline - bretagneweb

  MONUMENTS INSCRITS ET CLASSÉS:

      ÉGLISE NOTRE-DAME DU TERTRE - CLASSÉ LE 19 AOÛT 1907

bluline - bretagneweb

  DICTIONNAIRE HISTORIQUE ET GÉOGRAPHIQUE DE OGÉE (1778-1780):

CHATEL-AUDREN ; petite ville, avec Châtellenie, sur la riviere du Liest, & sur la route de Rennes à Brest ; à 7 lieues de Tréguier, son Evêché ; à 23 lieues un tiers de Rennes ; & à 3 lieues de Guingamp, sa Subdélégation. Cette ville ressortit à Saint-Brieuc, & compte 900 habitants. M. le Prince de Soubise en est le Seigneur. La Cure est présentée par l'Evêque. On y trouve un Couvent de Récollets, & les maisons nobles suivantes : en 1300, Bois-Boessel & les Fosses-Rafflé, à Yves de Bois-Boessel, qui eut un fils de même nom, d'abord Evêque de Tréguier, transféré, l'an 1330, à celui de Quimper, &, trois ans après, à celui de Saint-Malo. Un des Seigneurs de cette maison fut Maréchal-de-logis d'Anne, Duchesse de Bretagne, & Reine de France. La Terre de Bois-Boessel a une moyenne & basse-Justice, qui s'exerce à Saint-Brieuc & appartient aujourd'hui à Mlle de Brehant : en 1380, la Ville-Hernault, a François de Rosmarch : le Quintillic, en 1440, à Jean Josom ; Châtel-Audren, haute-Justice, à M. le Prince de Soubise ; Perrien, haute-Justice, à M. de Perrien ; Ker-daniel, haute-Justice, à M. de Guébriand ; Ker-martin, moyenne & basse-Justice, à M. de la Nascol ; Malros, moyenne & basse-Justice, à M. de Sevigné ; Treguidel, moyenne & basse-Justice, à M. de Tremargat.
Cette ville tire son nom du château bâti par Audren fils de Salomon, quatrieme Roi de Bretagne. Ce Prince monta sur le Trône, l'an 445 ; peu après son couronnement, il fit élever le château de son nom, auprès duquel on construisit des maisons qui formerent dans la suite une petite ville, qui depuis a toujours porté le nom de Châtel-Audren, & fut réunie au Comté de Guingamp, dont la Seigneurie passa dans la maison de Penthievre, par le mariage de l'héritiere de ce Comté, qui épousa, en 1034, Etienne de Bretagne, fils du Comte Eudon, frere du Duc Alain IV. Après ce mariage, Etienne prit le nom d'Etienne de Penthievre ; & la Seigneurie de Châtel-Audren devint le chef-lieu du Comté de Goelo & de la Baronnie d'Avaugour, située dans la Paroisse de Plesidi.
En 1420, le château de cette ville fut démoli par ordre du Duc Jean V, qui fit encore raser plusieurs autres places qui appartenoient aux Seigneurs de Penthievre, pour les punir d'avoir osé attenter à ses jours, l'arrêter & renfermer, le 13 Février 1419, dans leur château de Chantoceaux, à cinq lieues de Nantes. Ce fut par cette démolition, qu'on apprit qu'Audren, Roi de Bretagne, étoit le fondateur de la ville dont nous parlons. On y trouva plusieurs pierres sur lesquelles ce fait étoit écrit & énoncé très-clairement. Audren mourut, l'an 464, dans la soixantieme année de son âge & la dix-neuvieme de son regne.
Par lettres données au château de l'Hermine, à Vannes, le 7 Août 1422, Artur de Bretagne, frere du Duc Jean V, reçut en partage les Terre, Seigneurie, & Châtellenie de Châtel-Audren.
Le 24 Mars 1480, le Duc François II créa François de Bretagne, son fils naturel, Seigneur de Clisson, Baron des Seigneuries d'Avaugour, Châtel-Audren, & autres lieux.
La mine de plomb qui se voit à un tiers de lieue au Sud-Sud-Est de cette ville & dans son territoire, fut découverte, en 1762, par Valmont de Bomare, sçavant Naturalise. La Dame d'Anican obtint du Conseil la concession du terrein où se trouve cette mine, qu'on exploite depuis quatorze à quinze ans. Elle renferme des crystaux très-petits & très-durs, des galennes de plomb grenelées & tissues d'antimoine, & beaucoup d'argent ; mais la quantité d'arsenic qu'elle contient a obligé les travailleurs d'en abandonner plusieurs endroits, pour s'attacher à quelques autres où le poison n'est pas si abondant.
Le 18 Août 1773, il survint après-midi un orage & un tonnerre affreux, suivis d'un tremblement de terre & d'une pluie qui dura l'espace de trente heures : les eaux devinrent si grandes à Châtel-Audren, où cet orage se fit principalement sentir, que la ville fut presque entiérement submergée, & plus de cinquante personnes des deux sexes noyées & ensevelies sous les ruines de leurs maisons qui furent emportées par les eaux dans la nuit du 18 au 19 de ce mois. Un pont de pierres, bâti sur un petit ruisseau, proche les casernes, sous lequel il ne passoit ordinairement que très-peu d'eau, fut ébranlé jusques dans ses fondements, & le moulin, qui est à côté, tout-à-fait emporté par le débordement de l'étang sur lequel il étoit placé : les maisons des deux côtés du pont furent enlevées avec la Chapelle de l'hôpital. Les eaux enfin déborderent de telle sorte, qu'elles monterent trois pieds au dessus de la couverture des halles ; elles endommagerent l'Eglise de Saint-Magloire, & entraînerent avec tant de rapidité un charriot qui étoit devant l'auberge du Lion d'or, chargé d'environ sept milliers, que l'on prétend qu'il fit écrouler deux maisons du bas de la ville. On le trouva, après l'orage, dans les prairies voisines, avec toutes les marchandises qu'il portoit.

La cure correspond à la ou aux personnes en charge des âmes de la paroisse — La cure est à l'alternative signifie qu'elle est présenté soit par l'Évêque soit par un autre possesseur du droit de présentation et souvent alternativement — La cure est à l'ordinaire signifie qu'elle est présentée par l'Évêque — Subdélégation désigne un lieu possédant un pouvoir délégé par une autorité — Ressort de ou ressortir de signifie dépendre de — Une treve est une succursale de paroisse — 1 lieue (lieue tarifaire de 2400 toises) correspond à environ 4677 de nos mêtres — 1 livre (poid) correspond à environ 490 de nos grammes — 1 millier (poid) correspond à environ 490 de nos kilogrammes — La basse-Justice traite des infractions mineures et des affaires concernant les droits dû au seigneur — La moyenne-Justice traite des infractions pouvant entrainer des amendes ou peines de prison conséquentes, mais pas la peine de mort — La haute-Justice traite des infractions les plus graves où la peine de mort peut être prononcée — L'orthographe de la fin du 18ème siècle est respectée.

bluline - bretagneweb

accueil bretagneweb                  haut de page                  courriel e-mail bretagneweb