accueil bretagneweb              bretagneweb

O

O.

carte postale liffre        

bluline - bretagneweb

  DICTIONNAIRE HISTORIQUE ET GÉOGRAPHIQUE DE OGÉE (1778-1780):

LIFFRÉ ; sur la route de Rennes à Fougeres ; à trois lieues & demie de Rennes, son Evêché ; & à 2 lieues de Saint-Aubin du Cormier, sa Subdélégation & son ressort. Cette Paroisse releve du Roi, & compte 2000 communiants : la Cure est à l'alternative. Son territoire renferme partie de la forêt de Rennes, qui appartient à Sa Majesté : elle contient environ cinq mille cinq cents arpents de terrein en futaie & taillis ; mais il s'y trouve beaucoup de lacunes où l'on ne voit aucun arbre. Dans la même forêt, auprès de l'étang Verrier, sont des vestiges d'un ancien château, dont les fossés paroissent dans quelques endroits. Les habitants du pays prétendent que c'étoit là le rendez-vous ordinaire des chasses que les Ducs de Bretagne faisoient dans la forêt. C'est tout ce que j'ai pu découvrir sur cet objet. Le lieu où l'on croit que la maison étoit bâtie, est une butte assez élevée & couverte d'arbres. Les Moines de Saint-Melaine de Rennes, les Religieuses de Saint-Georges & de Saint-Sulpice avoient jadis droit de prendre du bois dans cette forêt : il étoit dû à l'Abbaye de Saint-Melaine trente charges de bois, & ces Religieux avoient soin de faire abattre les plus beaux arbres qu'ils pouvoient trouver dans toute l'étendue de la forêt. Aujourd'hui, ce droit est réduit à trente cordes, dont le bois doit avoir trois pieds & demi de longueur. L'Abbaye de Saint-Georges, qui avoit le même droit, fut taxée à trente cordes & un millier de fagots ; & celle de Saint-Sulpice, à quatre-vingt cordes. Ce n'est que depuis trente ans qu'on s'est apperçu que ces trois maisons ruinoient la forêt ; & c'est pour en empêcher la ruine entiere que le Conseil du Roi a jugé à propos de fixer la quantité de bois qui leur revenoit.
On trouve, dans un Mandement du Roi François I, donné à Arques le 12 Août 1545, que la forêt de Liffré, près Rennes, étoit tenue par le Seigneur de Saint-André, & qu'il fut fait défenses aux Officiers de cette forêt de permettre à l'avenir qu'il y fût pris aucun bois pour la réparation des moulins de Rennes, sans une expresse permission de Sa Majesté, expédiée par lettres-patentes, scellées de son sceau. Il paroît que la plus grande partie de cette forêt étoit alors en bois taillis qu'on vouloit conserver pour en faire des arbres de futaie ; mais on ne voit pas que ces défenses regardassent les trois Abbayes qui avoient droit d'y prendre du bois. Ceux qui étoient commis à sa garde ne se faisoient pas même scrupule de s'emparer des plus beaux arbres quand ils en avoient besoin.
Le surplus du territoire est occupé par des terres en labeur très-fertiles, & par des landes très-étendues. Les plus considérables sont celles de Beaugé & du Cervier. Il seroit à désirer qu'elles fussent cultivées. Le sol nous a paru excellent. Le pays est couvert, & produit beaucoup de fruits pour le cidre.
En 1070, Alain Fergent, donna, du consentement de la Duchesse Havoise, sa mere, l'Eglise de Liffré aux Moines de Saint-Florent de Saumur, Ordre de Saint-Benoît, qui l'ont possédée long-temps.
En 1350, on connoissoit dans ce territoire les manoirs du Feu & du Champ-Fleuri. Auprès du premier, qui n'est plus qu'une métairie, & qui appartenoit à l'Abbaye de Saint-Georges de Rennes, est une Chapelle, que l'on nomme Notre-Dame du Feu, & qui sert de cellier au fermier des Religieuses de Saint-Georges de Rennes. Il s'y tient, tous les ans, une assemblée, le 25 Avril. Il est probable que c'étoit jadis un riche Prieuré, puisqu'il y avoit un manoir auprès. Le second appartenoit à l'Abbaye de Savigné, & l'Abbé de cette maison y faissoit assez souvent sa résidence.

La cure correspond à la ou aux personnes en charge des âmes de la paroisse — La cure est à l'alternative signifie qu'elle est présenté soit par l'Évêque soit par un autre possesseur du droit de présentation et souvent alternativement — La cure est à l'ordinaire signifie qu'elle est présentée par l'Évêque — Subdélégation désigne un lieu possédant un pouvoir délégé par une autorité — Ressort de ou ressortir de signifie dépendre de — Une treve est une succursale de paroisse — 1 lieue (lieue tarifaire de 2400 toises) correspond à environ 4677 de nos mêtres — 1 livre (poid) correspond à environ 490 de nos grammes — 1 millier (poid) correspond à environ 490 de nos kilogrammes — La basse-Justice traite des infractions mineures et des affaires concernant les droits dû au seigneur — La moyenne-Justice traite des infractions pouvant entrainer des amendes ou peines de prison conséquentes, mais pas la peine de mort — La haute-Justice traite des infractions les plus graves où la peine de mort peut être prononcée — L'orthographe de la fin du 18ème siècle est respectée.

bluline - bretagneweb

accueil bretagneweb                  haut de page                  courriel e-mail bretagneweb