accueil bretagneweb              bretagneweb

O

O.

carte postale bouguenais        

bluline - bretagneweb

  DICTIONNAIRE HISTORIQUE ET GÉOGRAPHIQUE DE OGÉE (1778-1780):

SAINT-PIERRE-DE-BOUGUENAIS ; sur une hauteur & sur la rive gauche de la Loire ; à 1 lieue & demie au Sud-Ouest de Nantes, son Evêché, sa Subdélégation, & son ressort ; & à 23 lieues & demie de Rennes. On y compte 2000 communiants : la Cure est à l'alternative, ainsi que la Chapellenie des Baillons. Le Prieuré de la Bouvre dépend de l'Abbaye de Geneston : le Roi possede plusieurs fiefs dans cette Paroisse, & les bois taillis de la Morandiere, du Chêne-Pointu, & du Pascheneau, qui peuvent contenir ensemble deux cents cinquante-six arpents de terrein ; ces bois tenoient jadis à la forêt de Touffoux, & ne formoient ensemble qu'une seule forêt. Dans ce temps, le territoire de cette Paroisse étoit peu cultivé, n'y ayant que les côteaux le long des prairies de la Loire qui étoient en rapport ; mais aujourd'hui l'agriculture y est observée avec beaucoup de soin : à l'exception de quelques cantons de landes, le reste du terroir produit beaucoup de grain, foin, & vin de médiocre qualité ; de maniere que la Cure, qui ne valoit que fort peu de chose autrefois, vaut aujourd'hui environ six mille livres à son Recteur ; & les défrichements que les habitants font par continuation de leurs terres incultes, donnent lieu d'espérer que cette Cure deviendra, sous peu d'années, d'un revenu plus considérable. Par une transaction faite entre l'Evêque de Nantes & M. le Recteur actuel de Bouguenais, passée en 1773, confirmée par lettres-patentes du Roi, & homologuée au Parlement de Bretagne, le Recteur est devenu seul décimateur de la Paroisse, moyennant la somme annuelle de quinze cents livres qu'il paie au Seigneur Evêque de Nantes. Outre les bois que le Roi possede dans cette Paroisse, on y voit encore ceux de Bougon, du Chaffaut, du Breuil, de la Caillere, & du Désert ; mais de tous ces bois, ceux de Bougon sont les plus considérables.
On ne sçait en quel temps l'Eglise paroisiale de Bouguenais, dédiée à Saint Pierre, a été bâtie ou rebâtie dans la forme ou elle est. Sa tour ou clocher en pierres de taille pourroit être plus ancienne que le corps de l'Eglise : ceux qui montent à cette tour, divertissent agréablement la vue de quelque côté qu'ils jettent les yeux ; c'est un des beaux points de vue du Comté Nantais.
Le château de Bougon, avec titre de Châtellenie, est la Seigneurie de Bouguenais, qui appartient à M. Robineau de Bougon. Certains cantons de la Paroisse ressortissent à cette Seigneurie ; d'autres du Chaffaut, à M. Choran, Négociant à Nantes ; d'autres du fief des Religieuses Carmélites des Couëts ; d'autres de la Chaboissiere, à M. l'Abbé de Pontual ; & enfin, d'autres du Breuil, à M. l'Anglois de la Roussiere : outre ces maisons, on y en remarque une grande quantité d'autres remarquables, & on y compte environ vingt Chapelles domestiques.
Le Couvent des Couëts, habité par des Religieuses Carmélites, fut fondé par Hoël VI, Comte de Nantes : ce Prince avoit une fille, que l'on nomme Odeline, Religieuse dans l'Abbaye de Saint-Sulpice, au diocese de Rennes, en considération de laquelle il donna, l'an 1149, à cette Abbaye, son manoir de Secretus, ou, selon une autre leçon, de Secouetus, que Dom Lobineau interprète la maison des Couëts. L'année suivante, le Comte ajouta à son présent l'isle de Groais, située dans la Loire, avec le Prieuré de Sainte-Radegonde, en la Paroisse du Loroux, & celui de Sainte-Honorine, en la Paroisse de Héric. Voilà à-peu-près ce que l'on sçait de l'établissement de la Communauté des Couëts. En 1177, Robert II du nom, Evêque de Nantes, approuva deux donations faites au Monastere des Couëts, l'une à la Communauté des Hommes, & l'autre à la Communauté des Femmes ; c'étoit des Bénédictins & des Bénédictines. Dans le même temps, il y avoit aussi deux Couvents à Buzai, l'un d'hommes, l'autre de femmes. Dans la suite les Conciles défendirent ces sortes d'établissements abusifs. Le Prieuré des Couëts fut ôté aux Bénédictines, l'an 1477, & donné à des Carmélites étrangeres, en faveur de la Bienheureuse Françoise d'Amboise, veuve du Duc de Bretagne Pierre II. Cette Princesse, qui avoit pris l'habit de Notre-Dame des Carmes, l'an 1458, mourut Abbesse ou Prieure perpétuelle des Couëts, au mois de Novembre 1485. On voit son tombeau dans le fond de l'Eglise de cette Abbaye.

La cure correspond à la ou aux personnes en charge des âmes de la paroisse — La cure est à l'alternative signifie qu'elle est présenté soit par l'Évêque soit par un autre possesseur du droit de présentation et souvent alternativement — La cure est à l'ordinaire signifie qu'elle est présentée par l'Évêque — Subdélégation désigne un lieu possédant un pouvoir délégé par une autorité — Ressort de ou ressortir de signifie dépendre de — Une treve est une succursale de paroisse — 1 lieue (lieue tarifaire de 2400 toises) correspond à environ 4677 de nos mêtres — 1 livre (poid) correspond à environ 490 de nos grammes — 1 millier (poid) correspond à environ 490 de nos kilogrammes — La basse-Justice traite des infractions mineures et des affaires concernant les droits dû au seigneur — La moyenne-Justice traite des infractions pouvant entrainer des amendes ou peines de prison conséquentes, mais pas la peine de mort — La haute-Justice traite des infractions les plus graves où la peine de mort peut être prononcée — L'orthographe de la fin du 18ème siècle est respectée.

bluline - bretagneweb

accueil bretagneweb                  haut de page                  courriel e-mail bretagneweb