accueil bretagneweb              bretagneweb

O

O.

carte postale pornic carte postale pornic carte postale pornic carte postale pornic carte postale pornic
carte postale pornic carte postale pornic carte postale pornic carte postale pornic carte postale pornic
carte postale pornic carte postale pornic carte postale pornic carte postale pornic carte postale pornic
carte postale pornic carte postale pornic carte postale pornic carte postale pornic carte postale pornic
carte postale pornic carte postale pornic carte postale pornic carte postale pornic carte postale pornic
carte postale pornic carte postale pornic carte postale pornic carte postale pornic carte postale pornic
carte postale pornic carte postale pornic carte postale pornic carte postale pornic carte postale pornic
carte postale pornic carte postale pornic carte postale pornic    

bluline - bretagneweb

  MONUMENTS INSCRITS ET CLASSÉS:

      DOLMEN SOUS TUMULUS DU MOULIN DE LA MOTTE - CLASSÉ

      DOLMEN DE LA JOSELIÈRE - CLASSÉ

      DOLMEN DIT LA PIERRE CREUSÉE - INSCRIT

      CHÂTEAU - INSCRIT

  SITES INSCRITS ET CLASSÉS:

      LE CHATEAU ET SES ABORDS - INSCRIT LE 28 JUIN 1955 ET CLASSÉ LE 17 AOÛT 1956

      LA CORNICHE NOEVEILLARD - CLASSÉ LE 26 NOVEMBRE 1941

      LES GRANDES VALLEES ET GOURMALON - INSCRIT LE 22 DÉCEMBRE 1975

bluline - bretagneweb

  DICTIONNAIRE HISTORIQUE ET GÉOGRAPHIQUE DE OGÉE (1778-1780):

PORNIC ; petite ville & port de mer ; à 9 lieues un tiers à l'Ouest-Sud-Ouest de Nantes, son Evêché ; à 25 lieues de Rennes ; & à 4 lieues de Paimbouf, sa Subdélégation. On y compte 1000 communiants : la Cure est présentée par l'Abbé de Notre-Dame de Pornic ; il s'y tient un marché le Lundi. Pornic, membre du Duché de Retz, a une haute-Justice, qui appartient à M. le Duc de Villeroi.
L'an 1050, Glévian, Prince de Bécon, & Drolavius, Seigneur d'un canton d'Herbauges, donnerent à l'Abbaye de Saint-Sauveur de Redon l'Eglise de Sainte-Marie, avec la moitié des dîmes de la Paroisse de ce nom, & plusieurs autres domaines. Airard, Abbé de Saint-Paul de Rome, & Evêque de Nantes, approuva & confirma cette donation.
L'an 1112, les Moines de Saint-Sauveur de Redon firent un échange de l'Eglise de Sainte-Marie de Pornic, & de tout ce qui leur avoit été donné précédemment par Glévian & Drolavius. Les Moines de Saint-Serges vinrent s'établir à Pornic, & l'année suivante 1113, ils y firent bâtir une Chapelle, & s'attribuerent les droits rectoriaux. Brice, Evêque de Nantes, informé de leurs démarches, leur fit défense de rien entreprendre sur les fonctions des Prêtres, de baptiser les enfants, de visiter & communier les malades, & de partager avec les Prêtres les honoraires des funérailles, il leur défendit, en outre, de dire leur Messe conventuelle les Dimanches & Fêtes après la Messe paroissiale que célébroient le Curé & ses Clercs, & de sortir processionnellement au dehors, sans leur permission, excepté au jour de Saint André, titulaire de la Chapelle de ces Moines, & au jour de sa dédicace. Le Prélat leur permit de faire, aux jours ci-dessus mentionnés, une procession solemnelle, de dire une premiere Messe dès le matin, & une autre à l'heure de Tierce, & de recevoir des offrandes & legs testamentaires, à la charge de payer au Siege de Nantes un bizant ou marabotin d'or, de cens annuel. Ce bizant & le marabotin étoient des monnoies étrangeres de seize à la taille, ou de demi-once d'or chacun. Le bizant venoit de Constantinople, & le marabotin étoit fabriqué par les Maures d'Espagne. Le marc d'or étoit à vingt livres, & le marc d'argent à deux livres. L'an 1114, les Moines de Pornic bénirent eux-mêmes la Chapelle qu'ils venoient de construire. Ils se servirent, pour cette cérémonie, d'eau mêlée de vin & de cendre, qu'on appelle Grégorienne, que l'Evêque seul doit bénir ; mais les Moines obtinrent la permission de le faire, de l'Archevêque de Tours, qui faisoit pour lors la visite du diocese de Nantes. C'est-là la véritable époque de l'existence de l'Abbaye de Sainte-Marie de Pornic, long-temps habitée par des Chanoines-Réguliers de l'Ordre de Saint-Augustin.
Le château de Pornic est situé au bord de la mer, & paroît avoir été très-fort dans son temps. Les Ducs de Bretagne y avoient toujours garnison.
L'Abbé de Sainte-Marie de Pornic étoit jadis assujetti à un usage singulier, dont je ne connois, ni le principe, ni la cause. Il donnoit un pain & un pot de vin aux femmes de l'endroit qui venoient se purifier à l'Eglise paroissiale, après leurs couches. René Blezeau, Prêtre de Pornic, qui payoit cette espece de droit, par ordre de l'Abbé Régulier, Guillaume Pinceau, lui forma action le 22 Mai 1608, pour se faire payer des avances qu'il avoit faites à ce sujet. L'Hôpital de Pornic fut fondé & établi en 1721.
LE CLION ; à 8 lieues trois quarts à l'Ouest-Sud-Ouest de Nantes, son Evêché & son ressort ; à 25 lieues de Rennes ; & à 2 lieues un tiers de Bourgneuf, sa Subdélégation. M. du Dreneu de Grand-lieu est Seigneur de cette Paroisse, où l'on compte 1500 communiants. L'Abbé de Sainte-Marie de Pornic présente la Cure, qui vaut treize à quatorze mille livres de rente. C'est vraisemblablement la plus riche du diocese. Le territoire est bien cultivé & excellent, sur-tout pour le froment. Le Prieuré de Haute-Perche dépend de l'Abbaye de Pornic. Les Peres Chartreux de Nantes possedent quelques biens dans cette Paroisse. La haute, moyenne & basse-Justice de Bois-Joli appartient à M. Boux de Bougon.
SAINTE-MARIE-DE-PORNIC ; sur la côte ; à 10 lieues un quart à l'Ouest-Sud-Ouest de Nantes, son Evêché ; à 26 lieues de Rennes ; & à 4 lieues un tiers de Paimbouf, sa Subdélégation. On y compte 1200 communiants : la Cure est un Prieuré à la nommation de l'Abbé de Pornic. Le territoire, borné au Sud par la mer, est fertile en grains & très-bien cultivé. L'an 1051, Glevian, Prince de Becon au pays d'Herbauges, donna à l'Abbaye de Redon l'Eglise de Sainte-Marie-de-Pornic, la moitié de ses dîmes, & quelques autres domaines : Airard, Evêque de Nantes, consentit à ce don. La Guerche & le Bois-Macé, avec hautes-Justices, appartiennent à M. de Chevigné du Bois de Chollet : Breff & Sableau, moyenne-Justice, à M. le Prince de Condé.

La cure correspond à la ou aux personnes en charge des âmes de la paroisse — La cure est à l'alternative signifie qu'elle est présenté soit par l'Évêque soit par un autre possesseur du droit de présentation et souvent alternativement — La cure est à l'ordinaire signifie qu'elle est présentée par l'Évêque — Subdélégation désigne un lieu possédant un pouvoir délégé par une autorité — Ressort de ou ressortir de signifie dépendre de — Une treve est une succursale de paroisse — 1 lieue (lieue tarifaire de 2400 toises) correspond à environ 4677 de nos mêtres — 1 livre (poid) correspond à environ 490 de nos grammes — 1 millier (poid) correspond à environ 490 de nos kilogrammes — La basse-Justice traite des infractions mineures et des affaires concernant les droits dû au seigneur — La moyenne-Justice traite des infractions pouvant entrainer des amendes ou peines de prison conséquentes, mais pas la peine de mort — La haute-Justice traite des infractions les plus graves où la peine de mort peut être prononcée — L'orthographe de la fin du 18ème siècle est respectée.

bluline - bretagneweb

accueil bretagneweb                  haut de page                  courriel e-mail bretagneweb