accueil bretagneweb              bretagneweb

O

O.

carte postale rochefort sur mer carte postale rochefort sur mer carte postale rochefort sur mer carte postale rochefort sur mer carte postale rochefort sur mer
carte postale rochefort sur mer        

bluline - bretagneweb

  MONUMENTS INSCRITS ET CLASSÉS:

      ÉGLISE NOTRE-DAME DE LA-TRONCHAYE - CLASSÉ LE 22 JANVIER 1931

      FAÇADE ET TOITURE DE L'IMMEUBLE - INSCRIT LE 11 DÉCEMBRE 1937

      FAÇADE ET TOITURE DE L'IMMEUBLE - INSCRIT LE 11 DÉCEMBRE 1937

      FAÇADE ET TOITURE DE L'IMMEUBLE - INSCRIT LE 11 DÉCEMBRE 1937

      FAÇADE ET TOITURE DE L'IMMEUBLE - INSCRIT LE 11 DÉCEMBRE 1937

      FAÇADE SUR RUE ET TOITURE DE LA MAISON DATÉE DE 1666 - INSCRIT LE 12 OCTOBRE 1932

      FAÇADE SUR RUE AVEC TOITURE CORRESPONDANTE DE LA MAISON DU 16ÈME SIÈCLE GRANDE-RUE - CLASSÉ LE 18 AOÛT 1926

      CALVAIRE SITUÉ SUR LA PLACE DE L'ÉGLISE NOTRE-DAME DE LA-TRONCHAYE - CLASSÉ LE 3 NOVEMBRE 1925

      ENSEMBLE DES VESTIGES DU CHÂTEAU Y COMPRIS LES FAÇADES ET TOITURES DU CHÂTEAU ET DE LA CHAPELLE - INSCRIT LE 20 DÉCEMBRE 1990

  SITES INSCRITS ET CLASSÉS:

      L'ENSEMBLE FORMÉ SUR LES COMMUNES DE PLUHERLIN, MALANSAC ET ROCHEFORT-EN TERRE PAR LES GRÉES DE LANVAUX - CLASSÉ LE 12 JANVIER 1983

bluline - bretagneweb

  DICTIONNAIRE HISTORIQUE ET GÉOGRAPHIQUE DE OGÉE (1778-1780):

ROCHEFORT ; petite ville & treve de la Paroisse de PIuherlin, près la riviere d'Ars ; à 7 lieues à l'Est de Vannes, son Evêché ; à 15 lieues de Rennes ; & à 4 lieues & demie de Redon, sa Subdélégation. Le séjour de l'endroit est fort agréable ; on y remarque un très-beau château & une Collégiale. Le plus ancien Seigneur de Rochefort, que nous connoissions, est Thibaud, qui vivoit en 1280 ; il portoit pour armes ; vairé d'or & d'azur. Cette Seigneurie fut érigée en Châtellenie, l'an 1304, par le Duc Jean I, en faveur de Thébaud, auquel Artur II, par ses lettres de l'an 1309, donna la qualité de Bachelier. Guillaume de Rochefort fut pourvu de l'Evêché de Saint-Pol-de-Léon. L'an 1349, la Seigneurie de cette ville passa dans la maison de Rieux, par le mariage de Jean III du nom, Sire de Rieux, avec Jeanne de Rochefort, Baronne d'Ancenis, le 16 Février 1374. L'an 1440, Jean, Sire de Rieux, fonda le Monastere des Cordeliers de Saint-François de Bodelio, à trois quarts de lieue de Rochefort : c'est une maison de force. Jean, Sire de Rieux & de Rochefort, Maréchal de Bretagne, ordonna, par ses lettres du 30 Mars 1498, de dire tous les jours, pendant sa vie, en l'Eglise de la Tronchaye, située dans la ville de Rochefort, Matines, Prime, Tierce, Sexte, None, Vêpres, & Complies, avec une Messe votive, à Diacre & Sous-Diacre, comme dans les Eglises Cathédrales ou Collégiales : il désigna même les Messes qu'on devoit célébrer, & les prieres & hymnes qu'on devoit joindre à l'Office. En conséquence, il créa six Chapelains & un Doyen, & assigna aux premiers trente livres monnoie, de rente, & aux seconds quarante livres, & quinze livres qu'il promit pour l'entretien du luminaire ; ce qui faisoit un total de deux cents trente-cinq livres : le Sire de Rieux se réserva le droit de congédier ceux des Chapelains qui ne s'acquitteroient pas de leur devoir, en leur payant leurs honoraires pendant le temps qu'ils auroient passé au service de cette Chapelle. Comme cette fondation n'étoit que pour la vie du Maréchal, Claude de Rieux, son fils, par ses lettres du premier Juin 1527, la rendit perpétuelle, & voulut que cette Collégiale fût desservie par un Doyen, un Chantre, cinq Chanoines, quatre Chapelains, & deux Enfants de chour. Il se réserva la présentation du Doyenné, & laissa la collation des Prébendes au Chapitre, qu'il dota de six cents dix livres de rente, rachetable pour la somme de douze mille deux cents livres. Au mois de Novembre 1592, le Prince de Conti & le Maréchal d'Aumont assiégerent les ville & château de Rochefort ; mais cette place résista à leurs attaques, & à plus de deux mille cinq cents coups de canons qui ne purent faire une breche pour l'assaut. Le 10 Décembre suivant, le Duc de Mercour fit lever le siege. En 1594, N........ de Talhouet prit le château, & le fit raser. Il a depuis été rebâti sur ses ruines, & est tombé dans la maison de Nétumiere, qui en jouit aujourd'hui. Rochefort, Keralio, & annexes, forment une haute-Justice, qui appartient à Madame de Nétumiere.
PLUHERLIN ; à 6 lieues à l'Est de Vannes, son Evêché & son ressort ; à 15 lieues de Rennes ; & à 4 lieues & demie de Redon, sa Subdélégation. On y compte 2000 communiants, y compris ceux de Rochefort, sa treve. La Seigneurie appartient à Madame de Nétumieres : la Cure est à l'alternative. Clergerel, haute-Justice ; Boturel, moyenne-Justice ; Talhouet, moyenne-Justice, à M. du Bot de la Ville-Pelotte. Cette maison fut portée, il y a environ deux cents quarante ans, dans cette famille, par Isabeau de Talhouet. Cette Paroisse fut annexée à la Mense capitulaire, par Yves de Pont-Sale, Evêque de Vannes, en vertu d'une Bulle du Pape Pie II, en date du 7 Octobre 1452. La Grationnaye, la Grignonnaye, & la Ville-Aubert, sont des maisons nobles. Des terres bien cultivées, des prairies, des landes d'une grande étendue, plusieurs carrieres d'ardoises dont la plupart sont abandonnées, des arbres fruitiers ; voilà à peu près ce que l'on voit dans ce territoire.

La cure correspond à la ou aux personnes en charge des âmes de la paroisse — La cure est à l'alternative signifie qu'elle est présenté soit par l'Évêque soit par un autre possesseur du droit de présentation et souvent alternativement — La cure est à l'ordinaire signifie qu'elle est présentée par l'Évêque — Subdélégation désigne un lieu possédant un pouvoir délégé par une autorité — Ressort de ou ressortir de signifie dépendre de — Une treve est une succursale de paroisse — 1 lieue (lieue tarifaire de 2400 toises) correspond à environ 4677 de nos mêtres — 1 livre (poid) correspond à environ 490 de nos grammes — 1 millier (poid) correspond à environ 490 de nos kilogrammes — La basse-Justice traite des infractions mineures et des affaires concernant les droits dû au seigneur — La moyenne-Justice traite des infractions pouvant entrainer des amendes ou peines de prison conséquentes, mais pas la peine de mort — La haute-Justice traite des infractions les plus graves où la peine de mort peut être prononcée — L'orthographe de la fin du 18ème siècle est respectée.

bluline - bretagneweb

accueil bretagneweb                  haut de page                  courriel e-mail bretagneweb