accueil bretagneweb              bretagneweb

ÉGLISE SAINT-ÉTIENNE

L'ÉGLISE SAINT-ÉTIENNE DE GAUSSON DATE DU 18ÈME POUR SA TOUR ET DU 20ÈME SIÈCLE POUR LE RESTE, ELLE REMPLACE UNE ANCIENNE ÉGLISE.

eglise saint-etienne gausson eglise saint-etienne gausson eglise saint-etienne gausson eglise saint-etienne gausson eglise saint-etienne gausson
eglise saint-etienne gausson eglise saint-etienne gausson eglise saint-etienne gausson eglise saint-etienne gausson eglise saint-etienne gausson
eglise saint-etienne gausson eglise saint-etienne gausson eglise saint-etienne gausson eglise saint-etienne gausson eglise saint-etienne gausson

 

CHAPELLE SAINT-NICOLAS

O.

chapelle saint-nicolas gausson chapelle saint-nicolas gausson chapelle saint-nicolas gausson chapelle saint-nicolas gausson chapelle saint-nicolas gausson
chapelle saint-nicolas gausson        

 

FONTAINE SAINT-AVIT

O.

fontaine saint-avit gausson fontaine saint-avit gausson      

 

MONUMENT AUX MORTS

LE MONUMENT AUX MORTS DE GAUSSON COMPTE 91 NOMS.

monument aux morts gausson        

 

ORATOIRE

O.

oratoire gausson oratoire gausson oratoire gausson    

 

CROIX VERS LA VILLE ÈS MAITRE

O.

croix vers la ville es maitre gausson croix vers la ville es maitre gausson    

 

CROIX DE LA JUBINIÈRE

O.

croix de la jubiniere gausson croix de la jubiniere gausson croix de la jubiniere gausson    

 

DIVERSES CROIX À GAUSSON

O.

croix gausson

CROIX AU SUD DE LA D27

       
croix gausson

CROIX À MI-CHEMIN CAUP

       

bluline - bretagneweb

  MONUMENTS INSCRITS ET CLASSÉS:

      CHAPELLE SAINT-NICOLAS - INSCRIT LE 6 FÉVRIER 1926

bluline - bretagneweb

  DICTIONNAIRE HISTORIQUE ET GÉOGRAPHIQUE DE OGÉE (1778-1780):

GAUSSON ; treve de Ploeuc ; à 4 lieues & demie au Sud de Saint-Brieuc, son Evêché ; à 17 lieues & demie de Rennes, son ressort ; & à 2 lieues un quart de Moncontour, sa Subdélégation. On connoît, dans son territoire, les maisons nobles suivantes, chacune avec haute, moyenne & basse-Justice : Ker-carautel, l'Escran, la Villorio, & Tracoets ; lesquelles maisons & Justices, appartiennent à M. de Carné : le Glajolli, moyenne & basse-Justice, à M. Bonnin de la Ville-Bouquay.
PLOEUC ; à 3 lieues & demie au Sud de Saint-Brieuc, son Evêché ; à 19 lieues de Rennes, son ressort ; & à 3 lieues de Moncontour, sa Subdélégation. On y compte 6000 communiants, y compris ceux de Gausson, sa treve : la Cure est à l'alternative. Il y a dans le bourg une Chapelle dédiée à Sainte Marguerite, laquelle a été bâtie des ruines de la maison du Pont-à-l'Ane.
Ploeuc est une ancienne Banniere qui appartient aux Seigneurs de la Riviere. La famille de ce nom, une des plus illustres de Bretagne, tire son origine de Graslon-Mur & de Budic-Mur, Comtes de Cornouailles. Elle a pris des alliances dans les maisons de Rohan, de Dinan, de Tornemine, de Goyon-Matignon, de Beaumanoir, de Rostrenen, de Kergorlai, &c. & a toujours soutenu l'éclat de son nom par les places distinguées qu'elle a occupées. La maison de la Riviere-Ploeuc commença en la personne de Pierre du Plessis de Ploeuc, fils de Pierre, Sieur de Saint-Quiouail & de Julienne de Vaucouleurs. Il épousa Marguerite Bouexel, fille de Jean & de Marguerite de Castello des Granges, maison illustre en Piémont, d'où sont sortis les Marquis de Carheil & les Comtes de Sauffrai. Jean, son fils, Commandant de cent Arquebusiers à cheval, fut pere de Mathurin, Capitaine de cinquante Chevaux-Légers & de cent hommes d'Infanterie. Son fils, Olivier, eut, de son mariage, Yves-Olivier de la Riviere, Seigneur du Plessis, Chevalier de l'Ordre du Roi, Gentilhomme de sa Chambre, Gouverneur de Saint-Brieuc, qui fut blessé au siege de Montauban en Querci. C'est en sa faveur que la Seigneurie de Ploeuc fut érigée en Comté, par lettres-patentes du 14 Avril 1696, & par autres de surannation, du 22 Juin 1699. Ces lettres portent que « ladite Banniere de Ploeuc est érigée en Comté, en considération de l'illustre maison & de l'ancienne noblesse des Seigneurs de la Riviere, issus des Comtes de Cornouailles, Juveigneurs des Sieurs de Rohan, &c. & en considération des services qu'ils ont rendus, comme l'histoire le rapporte notamment ceux de Thibaud de la Riviere, fameux Capitaine. » Yves-Olivier épousa Vincente, fille unique d'Olivier de Kermartin, Capitaine général des Garde-côtes de Bretagne, Colonel d'Infanterie, Gouverneur de Tréguier, & Capitaine des isle & château de Brehat, de laquelle il eut Charles-Yves-Jacques, Comte de Ploeuc, Page du Roi, Aide de camp du Maréchal de Boufflers, Enseigne des Gendarmes Anglais, Gouverneur de Saint-Brieuc & de la tour de Cesson. Il fut élu par la Noblesse pour présider aux Etats assemblés à Saint-Brieuc en 1709, & eut l'agrément du Roi & du Dauphin, qui signerent son contrat de mariage, pour épouser Marie-Françoise-Céleste de Voyer de Paulmi, fille unique de Jean-Armand, tué à la bataille de Senef-Fontaine, en Champagne, l'an 1674. Jacquemine, tante de ce dernier, avoit épousé, en 1655, Jean de Goyon-Matignon.
Du mariage de Charles-Yves-Jacques, Comte de Ploeuc, sortirent plusieurs enfants, qui sont : 1°. Charles-Yves Thibaud de la Riviere, Comte de Ploeuc, Lieutenant général des armées du Roi, & Gouverneur de Saint-Brieuc ; marié à Julie Barberin de Reignac, ci-devant Dame du Palais de la Reine Douairiere d'Espagne, dont deux filles, l'une mariée à M. de la Riviere, son parent, & l'autre à M. de Lusignan-Lezai. 2°. Jacques-Charles de la Riviere, dit le Comte de Mur, 3°. & 4°. Deux filles mariées, l'une à un Grand-Maître des Eaux & Forêts de France ; & l'autre à un Maître des Requêtes. La Seigneurie de Ploeuc, haute, moyenne & basse-Justice, à M. de la Riviere ; l'Isle, moyenne & basse-Justice, à M. de Brehand ; l'Hôtellerie-Abraham, haute, moyenne & basse-Justice, à M. le Deist-Bolidoux, qui possede la Vieuxville, avec haute, moyenne & basse-Justice : Saint-Eloy, vieux château, avec une grande Chapelle & une prison, le tout en masure ; cette Seigneurie, qui a haute, moyenne & basse-Justice, laquelle s'exerce à Saint-Eloy, appartient à Madame de la Riviere : la Touche-aux-Moines, manoir en ruines, a haute, moyenne & basse-Justice ; le Gué, haute, moyenne & basse-Justice ; & la Hazais, moyenne & basse-Justice, à M. de Carlan : le Pont-à-l'Ane, ancienne maison, avec une Chapelle en ruines, auprès de laquelle est un étang qui fait tourner un moulin, a une haute, moyenne & basse-Justice, qui appartient à M. de la Riviere. On voit auprès de la Chapelle du Pont-à-l'Ane une statue de Saint Pierre ; les habitants de la Paroisse & des environs y portoient jadis avec eux, lorsqu'ils alloient invoquer ce Saint, un paquet de genêts, avec lequel ils fouettoient la statue, pour obtenir leur guérison ou autre faveur. On voyoit des tas de ces arbrisseaux, dont les fermiers de l'endroit profitoient. Cremeur, manoir avec Chapelle, étang, moulin, & fuie, haute-Justice, à M. le Sage de Cremeur. La Corbiere est un château qui n'a point été achevé, avec une Chapelle & un étang d'une étendue considérable, lequel joint la forêt de Lorges. Dans le village de Saint-Just, est une Chapelle rurale dédiée à Saint Just. Bayo est un lieu noble, où l'on trouve une Chapelle desservie par les Prêtres de la Paroisse. Ce territoire renferme une partie de la forêt de Lorges, des terres fertiles en grains, & des landes. Quoi-que le terrein soit bon, on trouve pourtant dans la Paroisse une assez grande quantité de mendiants.

La cure correspond à la ou aux personnes en charge des âmes de la paroisse — La cure est à l'alternative signifie qu'elle est présentée soit par l'Évêque soit par un autre possesseur du droit de présentation et souvent alternativement — La cure est à l'ordinaire signifie qu'elle est présentée par l'Évêque — Subdélégation désigne un lieu possédant un pouvoir délégué par une autorité — Ressort de ou ressortir de signifie dépendre de — Une trève est une succursale de paroisse — 1 lieue (lieue tarifaire de 2400 toises) correspond à environ 4677 de nos mêtres — 1 livre (poids) correspond à environ 490 de nos grammes — 1 millier (poids) correspond à environ 490 de nos kilogrammes — La basse-Justice traite des infractions mineures et des affaires concernant les droits dus au seigneur — La moyenne-Justice traite des infractions pouvant entrainer des amendes ou peines de prison conséquentes, mais pas la peine de mort — La haute-Justice traite des infractions les plus graves où la peine de mort peut être prononcée — L'orthographe de la fin du 18ème siècle est respectée.

bluline - bretagneweb

accueil bretagneweb                  haut de page                  courriel e-mail bretagneweb