accueil bretagneweb              bretagneweb

ÉGLISE SAINT-GILDAS

CETTE ÉGLISE SAINT-GILDAS DE GUELTAS DATE DU 19ÈME SIÈCLE EN REMPLACEMENT D'UNE ANCIENNE ÉGLISE.

L'INTÉRIEUR ABRITE DE NOMBREUSES STATUES DONT CELLES EN BOIS POLYCHROME DU 17ÈME SIÈCLE DE SAINT-ROCH ET DE LA VIERGE À L'ENFANT AINSI QU'UN SAINT-MATHURIN DU 16ÈME SIÈCLE, UN RETABLE DATE DU 16ÈME SIÈCLE ET DES VITRAUX DU 20ÈME SIÈCLE REPRÉSENTANT NOTRE-DAME DE TYMADEUC.

eglise saint-gildas gueltas eglise saint-gildas gueltas eglise saint-gildas gueltas eglise saint-gildas gueltas eglise saint-gildas gueltas
eglise saint-gildas gueltas eglise saint-gildas gueltas eglise saint-gildas gueltas    

 

MONUMENT AUX MORTS

LE MONUMENT AUX MORTS DE GUELTAS SE TROUVE PRÈS DE L'ÉGLISE SAINT-GILDAS, IL COMPORTE 55 NOMS.

monument aux morts gueltas monument aux morts gueltas monument aux morts gueltas    

 

ORATOIRE DU BOURG

L'ORATOIRE EST DÉDIÉ À NOTRE-DAME

oratoire du bourg gueltas oratoire du bourg gueltas oratoire du bourg gueltas    

 

PUITS DU BOURG

O.

puits du bourg gueltas        

bluline - bretagneweb

  DICTIONNAIRE HISTORIQUE ET GÉOGRAPHIQUE DE OGÉE (1778-1780):

NOYAL-PONTIVI ; à 10 lieues & demie au Nord de Vannes, son Evêché ; à 18 lieues trois quarts de Rennes ; & à 1 lieue & demie de Pontivi, sa Subdélégation. Cette Paroisse ressortit à Ploermel, & compte 8000 communiants, y compris ceux de Gueltas, Ker-fourne, Saint-Geran, & Saint-Thuriau, ses treves.
M. le Duc de Rohan en est le Seigneur : la Cure est à l'alternative. Ce territoire est d'une grande étendue, & plein de vallons dans lesquels coulent des ruisseaux qui vont se décharger dans les rivieres de Blavet & d'Oust. Le terroir est fertile en grains, lin, & fruits : il est en partie occupé par plusieurs bois, dont le plus considérable est la forêt de Branguily, & des landes très-étendues. Il se tient trois foires par an à Noyal-Pontivi, sçavoir, celles de Noyal, de la Houssaye, & de la Brolade : elles sont très-anciennes, & d'autant plus considérables qu'elles sont franches & exemptes de tous droits d'entrée. La plus célebre est celle de Noyal, qui se tient au commencement de Juillet. On y observoit jadis des coutumes singulieres ; nous ignorons si on les pratique encore aujourd'hui. Tout Marchand qui auroit osé vendre, avant que le Receveur de la Vicomté de Rohan, ou autre Commis du Vicomte, eût porté le gant levé pour cette foire, auroit perdu toutes ses marchandises, qui étoient consisquées au profit du Seigneur. On trouvoit à cette foire plus de trois mille chevaux : mais on ne pouvoit en vendre un seul qu'après le gant levé. Toutes ces cérémonies se faisoient au lieu accoutumé, nommé Bellechere. Les Marchands faisoient ensuite passer en revue, devant le Vicomte ou son Commis, tous les chevaux à vendre, & il en prenoit le nombre qu'il vouloit, au prix fixé par son Ecuyer ou son Maître-d'hôtel. Si quelqu'un vendoit avant ces formalités, l'animal vendu étoit consisqué sur le champ au profit du Vicomte, qui en disposoit selon son bon plaisir. Pour le bien général de tous ceux qui étoient à la foire, le Seigneur de Rohan y tenoit ses plaids généraux, & l'on y jugeoit toutes les causes pendantes dans les Cours ou Sieges du ressort de Pontivi, de Corlai, de Loudéac, & de Baud. Les Avocats de ces différents endroits avoient soin de s'y rendre, pour y plaider devant les Juges du Vicomte. Un autre avantage plus considérable, c'est que les différents ou procès qui s'élevoient entre les Marchands, étoient jugés sur le champ, de préférence à tout autre, depuis le commencement jusqu'a la fin de la foire, qui duroit plus de quinze jours. Pour la sureté des Marchands & de leurs effets, le Vicomte avoir le droit de faire assembler tous les habitants de la Paroisse, qui, pendant la nuit, accompagnoient le Receveur de ce Seigneur, ou autre par lui commis, pour faire le guet dans les rues & dans les endroits où étoient les marchandises ; & si quelqu'un des habitants eût refusé d'obéir, il auroit été puni, taxé, & exécuté par les Officiers de la Seigneurie. Les Seigneurs de Rohan ont eu, de tout temps, le droit & possession d'avoir, donner & tenir, par toute la Vicomté, des mesures pour les Cabaretiers, les Marchands de bled & de draps ; & aucun de ceux-ci n'auroit osé vendre une aune d'étoffe, sans avoir pris des Officiers ou Commis de ces Seigneurs, un étalon ou verge de mesure, qui leur coûtoit quatre deniers par an.
En 1440, Bellechiere ou Bellechere, & Ker-melin, au Seigneur de Rohan ; Calhuerne, au Sieur de Malestroit ; Ker-inquelon, à Jean de Kerinquelleau : ce manoir se nomme aujourd'hui Ker-niquelo, & appartient à M. de la Touche-Porman ; il a haute, moyenne & basse-Justice. Ker-bourhis, à Jean de Larlan ; cette terre a basse-Justice, & appartient à M. de Menisoille : les Fontainenez, à Jean le Bodic ; Ker-mabo, à Guillaume de la Flaye ; Ker-boutier, au Sieur de Lantivi ; Ker-ner, à Henri le Parisi ; Tremais, au Sieur de Tremais ; Ker-hourhet, à Guillaume de Coëtmeur ; Ker-lagadeuc, à N........ Lestrelan : la plupart de ces manoirs sont aujourd'hui en ruines, & n'ont que le nom de métairies. La maison de Coëttuhan, basse-Justice, appartient à M. le Président de Langle ; & le Stangui, à N........

La cure correspond à la ou aux personnes en charge des âmes de la paroisse — La cure est à l'alternative signifie qu'elle est présentée soit par l'Évêque soit par un autre possesseur du droit de présentation et souvent alternativement — La cure est à l'ordinaire signifie qu'elle est présentée par l'Évêque — Subdélégation désigne un lieu possédant un pouvoir délégué par une autorité — Ressort de ou ressortir de signifie dépendre de — Une trève est une succursale de paroisse — 1 lieue (lieue tarifaire de 2400 toises) correspond à environ 4677 de nos mêtres — 1 livre (poids) correspond à environ 490 de nos grammes — 1 millier (poids) correspond à environ 490 de nos kilogrammes — La basse-Justice traite des infractions mineures et des affaires concernant les droits dus au seigneur — La moyenne-Justice traite des infractions pouvant entrainer des amendes ou peines de prison conséquentes, mais pas la peine de mort — La haute-Justice traite des infractions les plus graves où la peine de mort peut être prononcée — L'orthographe de la fin du 18ème siècle est respectée.

bluline - bretagneweb

accueil bretagneweb                  haut de page                  courriel e-mail bretagneweb